Menu

Kendy Bourguignon Sencée


Je suis née et j’ai grandi sur un merveilleux archipel vert et bleu, en forme de papillon posé sur la Mer des Caraïbes.

Très tôt, notre petite fratrie a appris qu’il était possible de compter sur la nature pour presque tous nos besoins. Chaque week-end, ma mère et ma grand-mère nous emmenaient sur les terres de la famille au fin fond de la campagne. C’était l’occasion de se promener, cueillir des fruits, écouter des histoires et récolter des plantes sauvages que notre mère nous apprenait à utiliser au quotidien.

Coupure avec mes racines naturelles

A 17 ans, le bac en poche, j’ai emménagé seule à Los Angeles. Environ 6000km me séparaient du premier membre de ma famille ; mon lien avec la nature étant d’abord familial, il s’est coupé net. Les choses n’ont pas changé à mon arrivée à Paris 2 ans plus tard. Sans trop savoir pourquoi, il me semblait que pour intégrer le naturel au quotidien, il fallait nécessairement vivre dans la nature ; ce que n’offrait évidemment pas la ville.

 

Rencontre avec le monde du capillaire

Pendant mes études, j’ai approché le monde de la coiffure ; d’abord en tant que modèle, puis j’ai vite quitté le podium pour passer en coulisses et m’investir davantage.

La coiffure est un très joli univers plein de créateurs et de personnes passionnées par le plaisir de faire du bien aux autres. Mais cet univers a aussi ses aspects sombres. On y regarde rarement les ingrédients. Comme cela peut se comprendre, les coiffeurs font souvent confiance aux fabricants pour se concentrer sur leur part du métier. Certains finissent même par tomber malade du fait des produits qu’ils manipulent et inhalent à longueur de journée.

En tant que jeune femme à la chevelure la plus sèche et aux boucles les plus frisées qu’il puisse exister, j’ai intégré l’idée que les cheveux raides et soyeux étaient la norme et que le défrisage, si toxique soit-il, était un rituel qui marquait le passage à la vie de femme. Je me suis laissé convaincre et j’ai eu tort.

 

Retrouvailles avec moi-même

Le véritable rituel marquant le passage à la vie de femme était simplement l’acceptation et la célébration de chaque fibre de mon être.

J’ai rencontré d’autres jeunes femmes tout à fait à l’aise avec leur texture naturelle et elles m’ont apporté de l’inspiration. Mais je suis allé beaucoup plus loin en rendant plus sains bien des aspects de ma vie.

 

Création d’Antonin .B

En me reconnectant avec moi-même, j’ai relié ma passion du capillaire à ma vieille relation de toujours avec la nature afin de créer Antonin .B – une marque qui célèbre le meilleur de la nature et la modernité de la ville.

Comme le dieu romain Janus aux deux visages, Antonin .B regarde le passé pour rendre hommage à ceux qui m’ont tant appris mais la marque sait également regarder vers l’avenir ; puisque j’estime que tant que nous avons nos fondations et nos valeurs, nous pouvons envisager l’avenir sans crainte mais avec enthousiasme et tranquillité.

 

— Kendy Bourguignon Sencée

Bienvenue !

En nous rejoignant, vous obtenez :

Nous protégeons vos données. Vous ne recevrez pas de courriels non sollicités.

- nos offres spéciales avant tout le monde
- des avantages réservés aux abonnés
- une relation privilégiée

Merci

Vous êtes maintenant des nôtres.
Vous recevrez 1 à 2 emails de notre part chaque mois